• Interview
    D.KO VS MAMIE'S

Le choc D.KO vs Mamie’s c’est ce soir au Rex. Dans cette interview, ils nous parlent de leur amour pour la musique, le rhum ambré et les croissants.

Salut la team Mamie’s et DKo, est-ce que vous pouvez commencer par nous présenter vos projets respectifs ?

Mamie’s : On a comme projet principal de danser nus sur de la House. On a commencé il y a 10 ans dans la maison de notre grand-mère à Montrouge, une sorte d’hospice pour jeunes, qui sentait la vodka et la pisse. Aujourd’hui on essaie de pousser différents kiffs : des événements à tailles différentes, de la Ferme du Bonheur au Macki Festival en passant par le Shi Fu Miz à Hong-Kong. Plus récemment un label, mais on reste focus sur l’organisation de grosses teufs.

D.KO : D.KO est une espèce de narvalo qui boit des 8-6 et traine avec des chiens quand ceux-ci acceptent sa présence. Mais c’est aussi un label dans lequel sont sortis des disques de producteurs majoritairement parisiens mais aussi internationaux. Quand le son nous fait kiffer on le sort.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de commencer à produire, jouer de la musique et organiser vos événements ?

Mamie’s : On a été conquis aux premiers drops de basse au Rex. À l’époque c’était plus simple de rentrer aux Automatik quand on été mineur. On a aussi passé pas mal de jeudis et de dimanches par chez vous. On s’est rencontré tous les 6 autour de ces ambiances et on a eu l’envie de créer nos propres événements, le spot à Montrouge étant une belle opportunité.

D.KO : Plus ou moins la même chose pour nous, écouter de la musique nous a donné envie d’en produire, sortir en boite comme au Rex nous a donné envie de mixer et mixer nous a obligé à organiser des événements sinon tu ne mixes pas assez.

Comment vous vous êtes rencontrés ? Qu’est-ce qui vous a poussé à réaliser des projets communs ?

Mamie’s : Quand les D.KO nous ont invité dans une teuf qu’ils organisaient dans un hangar à Montreuil en 2013. Ça faisait un moment que l’on se tournait autour et on a bien sympathisé, même si c’était pas payé y avait du rhum ambré. Depuis on aime bien squatter leur studio, jouer ensemble et on a beaucoup de respect pour ce qu’il construisent.

D.KO : Oui l’un des premiers échanges a dû etre celui de Montreuil, on avait fait plusieurs expéditions là bas mais on se connaissait déjà avant ça, on aime vraiment les teufs que la mamie’s fait. Tout le monde le sait leurs teufs sont aussi lourdes que la porte de clignancourt. Vu les mentalités et les goûts musicaux ça a été plutôt facile de s’entendre et ça faisait longtemps qu’on voulait collaborer sur une teuf all night long.

Les Mamies vous vous occupez également d’autres événements comme le Macki Music Festival avec la team Cracki ou encore vos rendez-vous à la Ferme du Bonheur. Comment décririez-vous votre ligne artistique pour ceux qui ne connaissent pas encore ces événements ?

Mamie’s : Sur les deux événements que tu cites ma chérie, c’est vrai que c’est un peu un truc différent à chaque fois et c’est ce qu’on aime tu vois. Après c’est vrai qu’on a une grosse attirance pour les spots libres et les ambiances familiales proches d’une fête de village. On aime aussi les clubs mais dans l’ensemble on écoute de tout, du hip-hop à la techno en passant par la disco de Lagos et de Tokyo, le funk, le jazz et la musique africaine. Pas de frontières, vive le groove. J’espère que Donald Trump s’y mettra.

De votre côté Dko vous enchaînez les sorties, on peut noter le succès de Mézigue ou encore Secret Value Orchestra qui joueront également au Rex le Mercredi 23 Novembre. Quels sont vos futurs projets à ne pas manquer ?

D.KO : Les projets futurs sont variés mais se concentrent sous forme de disques et de soirées pour le moment.
Pour les disques, on a pu révéler à la scène parisienne et plus encore, des artistes dont personne n’avait entendu parler il y a 2 ou 3 ans et on espère permettre à d’autres artistes qui méritent d’être écoutés et de se développer. Il y a notamment des entités comme Rag Dabons qu’il faudra suivre de prêt si ils ne se font pas descendre avant…

Quels conseils donneriez-vous aux nouvelles générations qui comme vous ont envie de lancer leur propre collectif ?

Mamie’s : D’aimer ce que tu fais et d’aimer tes potes.

D.KO : apprendre à danser, apprendre la planche à voile, apprendre le parapente, apprendre à crypter les messages, apprendre à esquiver les leurs et apprendre à danser.

Vous nous promettez un combat sans merci derrière les platines, comment se préparer à la rencontre ?

Mamie’s : On est à 6 du mat’ sur le terrain, régime croissant gin tonic.

D.KO : rester détente chez d.ko on sait voler un sac à une vieille.

Si vous devez choisir un morceau comme coup fatal, lequel ça serait ?

Mamie’s : Joey Beltram – Energy Flash

D.KO : DJ Normal 4 – Transcendental Training Tactic [BFDM009]