• Interview,
    PHIL WEEKS

Nous recevons Phil Weeks à l’occasion d’une spéciale «Robsoul Recordings » dédiée au live.
 
Salut Phil, commençons d’abord par parler de la création de Robsoul. Comment ça s’est passé ? C’était quand et qui t’as aidé à l’époque ?

Le projet a commencé en 1999 mais je n’ai créé la société officiellement qu’à partir de 2000.
A la base, je voulais éviter le circuit classique de l’envoi des démos. C’était plus compliqué à l’époque, internet n’était pas trop développé. Il fallait envoyer un cd ou une DAT par la poste et espérer obtenir une réponse.
J’étais trop pressé et j’avais confiance en ma musique.
J’ai donc commencé mon propre projet Robsoul, tout seul.

Quelle est la date emblématique que tu retiens pour Robsoul ? Le jour où tu t’es dis que tout allait commencer ?

En 1999, j avais déjà le projet en tête, je commençais à chercher une usine de pressage, un studio pour le mastering et un distributeur.
Et le moment où tu as vu que ton projet commençait à prendre de l’ampleur ?
Les 5 premières sorties étaient toutes produites par moi. Je crois que dés que j’ai ouvert le label à d’autres artistes (David Duriez avec le Robsoul 06) le projet a commencé à se développer. A ce moment là, j ai commencé à voir les choses de manière différente.

Quel est le secret pour une aussi belle longévité ?

Je crois que ma plus grande chance vient du fait que mes goûts musicaux ont peu changé. J’aime toujours la même musique qu’à mes débuts. Donc la ligne du label est restée quasiment la même. C’était ma passion, et ça l’est toujours malgré les années qui passent.
Je suis quelqu’un de très spontané qui fait les choses sans trop réfléchir…je fonce…et j’avance au fil des projets sans vraiment avoir de plan pour le futur…Ça passe vite 
La passion, le travail sont la base pour la réussite et la longévité.

Comment on s’y prenait à l’époque pour faire connaître ses productions alors que les outils numériques n’étaient pas aussi développés qu’aujourd’hui ?

Ca se passait notamment par le biais des vinyles qui étaient distribués dans le monde entier. Au début du label, c’était super ghetto…Je ne faisais rien à part produire mes vinyles et les faire distribuer. Puis, on avait commencé à faire de la promo, envoyer nos disques à une cinquantaine de djs…C’était une autre époque, on vendait beaucoup plus de disques que maintenant.
Une petite sortie faisait dans les 1500 ventes facile.
Il faut également se rappeler qu’il y avait beaucoup moins de labels et de producteurs/Djs que maintenant. Il fallait vraiment s’investir pour sortir un disque, monter son studio, être un vrai passionné. Il était donc plus facile de se faire remarquer si la qualité était là.
Tout s’est démocratisé depuis, tout le monde est dj. 

De David Duriez à Chris Carrier en passant par Dj Sneak pour ne citer qu’eux, quelle est la collaboration qui t’as le plus marquée ?

J’ai rencontré David en 2001, on a très vite accroché ensemble. Il gérait Brique Rouge, moi Robsoul mais on faisait tout ensemble. On était une super équipe. J’avais énormément appris à ses cotés, notamment sur la gestion d’un label, d’un business.
Moi qui arrivais de ma cité de Vitry 

Quels sont les projets à venir pour Robsoul ?

On continue à sortir beaucoup de disques, au moins deux nouveautés par mois plus les compilations label (Robsoul Essential)
Le roster d’artistes est tellement gros que je ne peux pas me permettre de ralentir de rythme.
Je ne conçois pas qu’un artiste doive attendre deux ans pour sortir un disque.
A venir des EPs de Minimono (RB173), Alci (RB174), D’Julz (RB175), Tommy Vicari Jnr (RB176), Steve Lawler (RB177), Chris Stussy (RBD16), Cockney Lama, Javi Bora, Joss Moog, DJ W!ld, Chris Carrier et bien sûr moi-même.
Peux-tu nous présenter les artistes qui jouent à tes côtés pour cette soirée ? Pourquoi les avoir choisis eux ?
Pour cette spéciale Robsoul, je voulais absolument présenter quelque chose d’inédit.
Mon dernier Live date de 2012 (aussi au Rex).
Joss Moog fera son premier live solo, et idem pour Around7.
Et on ne prévoit pas d’en refaire ailleurs.
Super exclusif quoi !
Joss et around7 sont des bons potes, les deux sont supers talentueux et ils font partis des plus gros ambassadeurs du label.
Choix plutôt évident.

De ton côté tu t’apprêtes à sortir un album, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Raw Instrumental Vol.2 est sorti la semaine dernière (27/01/2017), c’est plus un double pack pour le dancefloor qu’un album à proprement parlé.
Je fais beaucoup de musique, la MPC3000 est mon hobby. J’avais tellement de morceaux de prêts et pleins d’idées en cours que le double pack (8 tracks) était la solution.
Ce sera l’occasion de tester quelques tracks en live.